À l'Ouest(ou)

Avec encore plus de mises à jour ! Yeñ yeñ…

Les pandas de Chengdu

with 6 comments

Nous voilà arrivés à Chengdu, avec Owen et Gaëlle, après un troisième voyage en Chine en train de nuit. Pour ceux qui ne les connaissent pas (mais j’en ai déjà parlé dans un précédent post), Owen et Gaëlle sont des amis de longue date qui sont aussi partis à l’aventure précisément à la même date que moi (mais en fait c’est plutôt moi qui suis parti à la même date qu’eux). Alors qu’eux se sont dirigés vers l’Est pour traverser l’Europe et la Russie en transsibérien, moi je suis parti vers l’Ouest afin de découvrir où le soleil se couchait tous les soirs (pas de mystères de l’autre côté, tout le monde sait qu’il se lève au Japon)… Bref, après un début de voyage qu’on espérait initiatique et qui devait nous amener de l’autre côté de la planète, nous avions prévus de nous retrouver à Beijing/Pékin 2 mois après la date de départ, et (à condition qu’on considère qu’apprendre quelque mots de coréen c’est « initiatique ») c’est exactement ce qui s’est passé, à 5 jours près…

Chengdu, capitale de la province du Sichuan, est une grande ville de 5 millions d’habitants, mais ici grande ville ne rime pas forcément avec stresse ou empressement. Lorsqu’ils ne sont pas à foncer comme des tarés sur la route, les chengdouailliens apparaissent plutôt cool et savent apprécier les choses simples de la vie : la bonne cuisine (qui est particulièrement épicée et qu’ils qualifient de gastronomie par opposition au reste de la Chine), le glandage social et ses multiples variations : échecs chinois, mah-jong, cartes… tout en sirotant tranquillement un thé vert dans la clairière d’un parc bambousoailleux. Prenez votre temps, l’homme bouilloire viendra vous resservir en eau chaude aussi longtemps qu’il faut, tant que les feuilles de thé au fond de votre tasse continueront à diffuser couleur et goût.

Comme parfois on s’emmerde grave dans un atelier de joaillerie et que nos mains sont accaparées par l’ouvrage, il ne nous reste que notre intellect pour nous distraire de la monotonie. Alors Sylvain, Caroline, Carole, Fabien, Jeannot et moi nous nous amusions comme nous le pouvions, en improvisant de la poésie, en nous affrontant mentalement aux échecs ou en jouant à « devinez à quoi je pense ». Moi je pensais à un panda roux, mais quand Fabien a proposé le panda géant comme réponse j’ai trouvé que ça s’en rapprochait suffisamment pour l’accepter. « Mais attends, t’avais pas dit que ça pouvait grimper aux arbres ? ». Euuh… très juste, ça marchait pour les pandas roux mais pour les pandas géants j’ai un gros doute. Incapable de supporter l’incertitude, j’ai lassé mes chaussures de marche, enfilé mon sac à dos et quitté travail, famille et patrie pour me diriger vers le Sichuan la légendaire contrée des pandas. –4 mois plus tard– Réponse sur le terrain : oui, ils grimpent aux arbres ! Mais seulement les plus jeunes (moins de 3 ans), c’est d’ailleurs de loin ce qu’ils font de plus physique dans leur journée… Ah, rien que pour apprendre ça ça valait le coup de se taper 8000 bornes ! En dehors de ça la vie d’un panda en captivité n’est pas des plus pénibles : manger, dormir, regarder du porno, dormir. Que peut-on vouloir de plus ? Ça vous donnerait presque envie d’être une espèce menacée.

La visite du centre de recherche et de reproduction de pandas de Chengdu peut malgré tout laisser perplexe et on peut se demander quel est son intérêt réel. Il semble que la plupart des recherches menées dans ce centre concernent l’amélioration des techniques de reproduction des pandas géants mais il paraît évident que ce n’est pas dans le but de réintroduire l’espèce dans son milieu naturel (qui continue d’ailleurs à se raréfier à un rythme soutenu). L’architecture du centre est pensée pour le bienêtre du visiteur plutôt que pour celui des résidents et l’aménagement des enclos (structures artificielles en bois, abris en béton, fosses ouvertes à la vue des visiteurs) ne laisse aucun doute sur le fait que leurs occupants ne verront jamais une forêt de bambous naturelle. On leur donne à heures fixes une ration de bambous prédécoupés, un employé intervient dès qu’ils se mettent dans des situations un peu périlleuses et on fait jouer les plus jeunes pandas devant un public dense de touristes et des groupes d’écoliers hurlant et courant dans tous les sens.
Et ouais, ce n’est pas pour des raisons environnementales qu’on multiplie les pandas dans ce centre, qui n’est en fait qu’un zoo spécialisé, c’est plutôt que ça attire du monde (moi y compris) et que ça représente par là une source de revenus pas négligeable pour la Chine. Mais ça va encore plus loin car en plus d’avoir un intérêt économique, le panda géant (qui lui ne se soucie que de son morceau de bambou et de sa prochaine sieste) est aussi une arme politique redoutable. La Chine s’est fait une habitude d’offrir un couple de pandas aux états étrangers afin de « montrer sa bonne foi » au moment de sceller un contrat industriel important ou comme « geste amical » pour réduire des tensions inter-étatiques (tension Sino-Japonaise, 2008). Ce geste qui peut paraître anodin est d’autant plus efficace qu’il rencontre toujours un avis favorable auprès de l’opinion publique (les pandas sont tellement kawaï, voyez vous) et mets l’état receveur dans une situation très délicate s’il lui venait à l’idée de refuser le présent. Et non, ce n’est pas de la philanthropie, on parle de politique, yo ! L’un des cas qui a levé le plus de controverse est sans doute l’affaire du don d’un couple de pandas nommés Tuan Tuan et Yuan Yuan (Tuan Yuan veut dire « réunification » et c’est pas un hasard)  à Taïwan en 2006, sans se soucier de l’avis de ce dernier, et en médiatisant l’évènement à outrance sur la télévision nationale. Un coup de maître de la part du gouvernement chinois, qui a placé le président taiwanais Chen Shui-Bian en porte à faux lorsque celui ci à décliné l’offre, y voyant l’équivalent d’un « cheval de Troie »…

Pour plus de détails :

Written by Gweltou

12 juin 2011 à 15:45

Publié dans Chine

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bon ben alors tout ce passe bien ?! C’est pas lol lol tout ca… même pas un petit scam chinois de derrière les fagots ?

    simue2010

    13 juin 2011 at 07:29

    • Gadifleup ! Si si t’inquiète pas, plus de 150 euros se sont envolés de ma poche avant-hier (Perte ? Vol ? C’est un mystère…). Alors, satisfait ? Bon c’est pas si grave, surtout en comparaison à ce qui t’es arrivé. Toute mes condoléances pour ton appart, j’espère que t’as pu sauver tes données.

      alouestou

      16 juin 2011 at 07:58

  2. Salut Gweltas super sympa le blog. Vive les pandas. Bonne route et a un de ces 4. Au fait tu as le bonjour de ta petite cousine Yuna qui aime beaucoup les pandas a 2 mois.

    Yann

    13 juin 2011 at 11:44

    • Salut Yann, ça me fait super plaisir que tu lise mon blog ! Bonjour à ta petite famille et félicitations (avec du retard) pour Yuna, qui marchera sûrement comme une athlète lorsque je la verrai pour la première fois ! Ça paraît loin…

      alouestou

      16 juin 2011 at 08:08

  3. coucou mister gweltaz ,je vois que tout va bien pour toi,en tout cas j’adore lire toutes tes « petites » aventures.Ton blog est vraiment très sympa! A bientot

    Angélique

    17 juin 2011 at 16:35

    • Coucou Angélique ! Content d’avoir de tes nouvelles ! J’espère que tout va bien pour toi et pour tout le monde de l’atelier, et que tu ne te laisse pas trop emmerder par Nic et Trong Ho… Frappe les de ma part pour leur rappeler que j’existe, j’aime la violence gratuite, et continue à envoyer des nouvelles de temps en temps ! Biz

      alouestou

      20 juin 2011 at 02:59


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :